Je viens de lire...

Bon allez, je me lance.
L'une des raisons pour lesquelles j'ai ouvert ce blog, c'est pour pouvoir y parler de choses sans rapport avec l'animation japonaise. Et particulièrement de ça. Je n'ai jamais été un grand lecteur... En fait jusqu'à cet été, j'avais dû lire une cinquantaine de livres dans toute ma vie, dont la moitié était constituée de romans et nouvelles de Fredric Brown.

Cet auteur passionnant, accessible et aux nouvelles hilarantes, avait immédiatement capté mon attention dans ma jeunesse avec le recueil de nouvelles "Une étoile m'a dit". J'ai découvert et adulé par la suite ses autres livres, dont "Martiens go home" et le fascinant "L'univers en folie". Au début de cette année, un petit éditeur (Coda) a entrepris de sortir l'intégralité de ses nouvelles dans leur ordre chronologique de parution (ou d'écriture, ça n'a pas d'importance). Je me suis délecté du premier volume (le second est, enfin !!, annoncé pour Noël). Je ne lisais plus beaucoup de livres ces dernières années, me concentrant d'abord sur la BD japonaise, puis à partir de janvier 2002 délaissant celle-ci (sauf le toujours succulent Jojo et quelques rares autres oeuvres) pour la bande dessinée française, principalement indépendante, grâce aux travaux de Lewis Trondheim (qui prend sa retraite de dessinateur, quelle tristesse !), Joann Sfar (décidément l'auteur le plus prolifique et le plus passionnant de cette décennie) et Manu Larcenet (qui m'a surpris ces derniers mois en sortant des albums très profonds). Le seul roman qui m'ait marqué ces dernières années était Gloriana de Michael Moorcock, lu pendant mon séjour en Australie en décembre 2001 (mon baptême de l'air, qui m'aura laissé des séquelles permanentes à l'audition de l'oreille gauche, comme quoi). Je l'ai mis sur un piédestal et j'ai considéré qu'aucun livre ne pourrait atteindre ce niveau. Quelque part, c'est vrai, c'est un bouleversant chef-d'oeuvre situé dans un univers victorien fantaisiste complexifié par des intrigues politiques passionnantes. Exactement ce qu'il faut pour me plaire (j'ai toujours adoré la période victorienne). J'ai également lu avec beaucoup de plaisir le Candide illustré par Joann Sfar, uniquement par respect pour ce dernier (dont j'ai quitté la mailing list récemment parce que j'étais triste de constater qu'il n'y avait pas posté depuis un an), ce qui m'a permis de découvrir ce que j'avais raté au collège quand on nous avait "forcé" à lire le livre, et que je m'étais contenté d'en lire quelques pages par-ci par-là pour en faire un compte-rendu... Quel contraste !

J'y arrive... Cet été, j'ai vu Harry Potter 3 et je l'ai trouvé bien meilleur que les deux précédents. A tel point que j'ai eu envie de lire le quatrième tome, "histoire de savoir"... Grand bien m'en a pris. Sa longueur phénoménale (plus de 700 pages) m'a d'abord inquiété, mais j'avais "pris le coup" avec les 600 pages de Gloriana et je l'ai terminé en deux jours. Quelle joie ! Un page-turner formidable qui ne ménage pas son lecteur, et lui offre des scènes terriblement marquantes. C'était fin juin 2004.

En juillet, j'ai voulu continuer sur cette lancée et découvrir d'autres livres. J'ai d'abord, sur les conseils de mon ami Patrick Marcel (rédacteur en chef du vénérable et regretté fanzine Mangazone, et des débuts de Tsunami), dévoré les livres d'un autre de ses amis, Neil Gaiman, dont il est le traducteur sur plusieurs oeuvres, notamment "De bons présages", qui m'a tout de suite intéressé par son humour Pythonesque et sa thématique sur l'Antéchrist (j'aime aussi beaucoup les histoires d'anges et de démons). Un vrai plaisir. J'ai continué sur ma lancée et lu tous les autres livres de Gaiman. Stardust : chef-d'oeuvre de la littérature de fantasy, variation passionnante sur les contes de fée. American Gods : une aventure épique parmi les incarnations modernes des dieux scandinaves, voilà de quoi passionner le fan de Saint Seiya Asgard (et de mythologie nordique) que je suis depuis toujours. Sandman a aussi droit à un merveilleux album, qui m'a beaucoup réconcilié avec les comics (voilà un auteur que je range avec fierté à côté de mes J. Michael Straczynski et des classiques d'Alan Moore).

Après avoir terminé les aventures de Neil Gaiman (du moins la plupart), et ayant été un peu déçu par ce qui restait de lui et m'intéressait moins (ses livres illustrés pour les enfants par exemple), il m'a fallu trouver de nouveaux intérêts pour rester sur ma lancée (parce que je savais que si je m'arrêtais une semaine de lire, je n'aurais pas le courage de continuer). Ce fut par exemple Agatha Christie qui réussit à m'intéresser. Non pas à travers "Dix petits nègres" qui m'a franchement laissé de glace, mais par exemple ses nouvelles méconnues de Parker Pyne, puis le mémorable Le meurtre de Roger Ackroyd (à conseiller à tous ceux qui n'ont jamais lu de roman policier de leur vie).

On en arrive au mois d'août... J'ai beaucoup travaillé ce mois-là, et dès que je voulais me reposer un peu, je sortais un livre et je le dévorais. J'ai lu au total vingt romans ce mois-là, soit presque autant que ce que j'avais lu dans toute ma jeunesse...!

La véritable révélation de ce fameux mois d'août, ce fut Philip Pullman. J'en avais entendu parler comme d'un auteur aussi révéré que J.K. Rowling, et presque aussi bien vendu qu'elle outre-Manche. J'ai donc tenté ma chance avec Les royaumes du Nord, première partie de la trilogie His Dark Materials (A la croisée des mondes), connue dans le monde entier. Quelle délectation ! Un livre écrit pour les enfants mais destiné aux adultes, écrit de manière pas trop rébarbative mais qui émerveille constamment par son intelligence et sa volonté de ne pas choisir les solutions les plus simples... Il y avait là-dedans quelque chose de vraiment neuf pour moi. Voilà que quelqu'un faisait déjà concurrence à mes Neil Gaiman, Fredric Brown et compagnie ! Mais le dernier livre de la trilogie est vraiment celui qui m'a le plus conquis... Je crois que personne ne pourra prétendre le contraire. On y parle de philosophie, de théologie, de la Genèse revisitée, et d'une histoire d'amour déchirante et sublime à la fois. C'est le genre d'oeuvre qui vous reste dans la tête des années après.

Dès lors je suis reparti sur mon principe d'acheter tous les livres du même auteur. Je passe rapidement sur ses livres "vraiment" destinés aux enfants, qui restent toutefois un plaisir à lire, pour me concentrer sur sa tétralogie qui le fit connaître dans les années 80 avant qu'il n'entâme His Dark Materials... Je parle ici de Sally Lockhart. Allez, on ne me la fait pas : un roman aventure-policier situé dans un Londres victorien ? C'est tout à fait pour moi merci...!

J'ai donc dévoré le premier livre avec beaucoup d'enthousiasme. S'il ne m'a pas autant convaincu que le premier His Dark Materials, je suis resté abasourdi par les derniers chapitres, remplis de non-dits et de textes nécessitant de la part du lecteur un investissement personnel. Il est vraiment gratifiant de devoir se souvenir d'événements anodins intervenus 200 pages plus tôt pour tirer ses propres conclusions sur l'histoire. J'ai donc entamé le second livre avec tout autant d'intérêt... Mais je ne m'attendais pas à ça !

Si La malédiction du rubis nous montre avec beaucoup de détail et parfois de cruauté les bas-fonds de Londres, Le mystère de l'Etoile Polaire s'attache lui à discuter des méandres de l'industrie de la guerre. Le sujet ne paraît pas très intéressant à première vue, et pourtant... Pour ceux qui connaissent, on retrouve un peu de l'esprit du Watchmen d'Alan Moore, sorti vers la même époque. Sauf que si Watchmen est utopique, l'Etoile Polaire choisit lui la voie d'une philosophie plus réaliste. Mais en dehors du discours passionnant du livre, se dénoue un drame déchirant pour les personnages, qui m'a permis de retrouver des émotions longtemps enfouies. C'est la première fois qu'un livre se permet non seulement de m'émouvoir au point de verser des larmes, mais de les entretenir sur plus d'une centaine de pages. Un chef-d'oeuvre, tout simplement.

Le troisième volume, La vengeance du tigre, est beaucoup plus long, et s'intéresse cette fois à la naissance des mouvements socialistes. Le propos est toujours aussi passionnant, et la première moitié du livre est tout simplement palpitante, mais j'ai regretté de ne pas y retrouver la même intensité dramatique que dans le précédent opus. Mais il reste un livre formidable, qui traduit merveilleusement la maturation d'une héroïne et d'un auteur définitivement à suivre.

Le quatrième livre, enfin, se situe un peu à part. La princesse de Razkavie, qui vient de sortir dans les bonnes librairies (et étrangement, je pense à Carrefour et non à la Fnac ni à Virgin ici), ne met en scène l'héroïne Sally que dans les premières et les dernières pages. Elle chapeaute ici un peu une histoire entièrement dédiée à son jeune ami Jim Taylor et à un personnage qui avait laissé une forte impression dans le premier roman et qu'on n'avait plus eu la joie de revoir depuis. Ecrite juste avant "Les royaumes du Nord", l'histoire tourne également autour d'une thématique, cette fois à l'opposé des bas-fonds des premiers Sally Lockhart : la vie d'une reine dans un petit royaume imaginaire entre l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie.

Moins émouvant là aussi mais doté d'une fin à la fois étrange, déconcertante et satisfaisante, cliché et originale en même temps (oui je sais, c'est étrange à dire comme ça), Pullman réussit à insuffler un véritable degré de réalisme dans sa description de la Cour Royale et des nombreux complots qui la déstabilisent. On retrouve également beaucoup d'action palpitante, et des personnages qui ne s'avouent jamais vaincus, même si, pour une fois, on nous rappelle à la fin (à la fin dans l'avant-dernier chapitre et dans la dernière page) qu'il faut se réveiller et savoir prendre la mesure de ses responsabilités. Aucune concession n'est faite à l'art romanesque, et pourtant un grand sentiment d'amour m'a submergé à la lecture de ce livre.

Voilà, je viens de le terminer et j'ai enfin trouvé la force de vous parler de toutes ces choses. J'espère avoir pu transmettre un peu de mon enthousiasme et vous encourager à découvrir ces auteurs passionnants.

Quant à moi, j'attendrai patiemment un hypothétique cinquième Sally Lockhart, Pullman ayant lui-même reconnu que ses personnages avaient encore leur mot à dire. La patience est un plat qui n'attend pas la valeur des années qui se mangent froides. Ou quelque chose comme ça !

Author Topic: Je viens de lire...  (Read 20794 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.

Kamina

  • Guest
  •  
Pour harry potter 3 jsui d'accord avec toi , bien mieu que ls precedents. En meme temps, j'ai vu le 3 avant les 2 premiers lol. J'avai pas vu les autres a causes d'a prioris ... heureusement qu'on ma invité au ciné pour harry potter 3 (meme si jvoulais voir le jour d'apres a la place lol)

Gloriana est un des rares bouquins de moorcock que je n'ai pas lu. Là, tu m'as donné envie de corriger cet oubli!
Du même auteur, et dans la même ambiance victorienne, je te conseille de jeter un coup d'oeil à mother london.

Sinon pour les comics de straczinski, je ne sais pas si tu suis cette série, mais le nouveau numéro rising stars est enfin arrivé. Pas trop tôt! Plus que deux et cette histoire passionante sera finie...

Comme je crois savoir que tu es assez fan de buffy, tu pourrais éventuellemnt jeté un oeil sur le astonishing x-men de joss whedon (avec les fantastiques dessins de cassaday), qui est sans doute l'un des meilleurs comics du moment (à mon sens c'est l'un des 2 melleurs, l'autre étant supreme power de... straczinsi).

Sinon d'accord avec toi, neil gaiman est un fantastique romancier et scénariste. "De bons présages" est un de mes romans favori (je l'avais lu à l'époque où je jouait au jeu de rôle in nomine satanis/magna veritas, qui parle d'un sujet très proche et partage le même esprit, et j'étais donc dans de bonnes dispositions).

Philip Pullman, j'avoue que je ne connais pas. Enfin je connais le nom, mais je n'ai jamais lu. A voir quand j'aurais fini ma pile de bouquin en retard...

Si tu cherches un nouvel auteur à découvrir, je ne saurais trop te conseiller Dan Simmons et plus particulièrement son fantastique Hypérion. Pour quiconque apprécie un peu le genre fantastique/sf, c'est presque un indispensable...

Offline Nao/Gilles

  • Admin
Kamina> Oui, j'ai cru comprendre que chez toi, c'étaient les a-priori qui régnaient en maître... ¬_¬

black dragon> Ma copine est fan de Corum du côté de Moorcock, mais ça ne me parle pas trop... Mais elle considère aussi que Gloriana est son meilleur livre. Mother London, je n'ai jamais essayé : je n'achète (dans l'ensemble) les livres qu'en édition de poche...
Oui, je sais que le nouveau RS est sorti le mois dernier. Je vais attendre sagement l'édition française (j'ai téléchargé l'épisode US sur le Net mais j'ai tellement de lectures en retard, je vais plutôt attendre que la série soit finie pour en terminer la lecture ^^)
Quant à Dan Simmons, c'est l'un des auteurs que ne cesse de me recommander mon pote Seiyanidoft, mais bon, je trouve le style un peu indigeste donc je n'ai pas encore tenté ma chance... ^^ Peut-être un jour l'Echiquier du Mal. Hyperion ne m'intéresse pas du tout... ^^ En matière de SF je suis quasi-exclusivement fanatique de Fredric Brown... Et j'essaie de lui rester fidèle ;)

Kamina

  • Guest
  •  
J'ai manqué beaucoup de chef d'oeuvres a cause de ça. Maintenant j'essaie de me rattraper ;)

Le style de Dan Simmons indigeste!
Vite il faut que j'aille me laver les yeux pour avoir lu une telle chose!
;-)
L'échiquier de mal est un très bon choix, mais son chef d'oeuvre reste hypérion.

Côté SF comique, tu peux toujours lire les Douglas Adams également. Ca mange pas de pain, mais c'est très amusant, surtout si on aime l'humour des Monty Python, comme cela semble être ton cas. Le pendant héroïc-fantasy est sans doute Terry Pratchett et ses anales du Disque-Monde.

Reste également les indispensables sur lesquels tout le monde doit au moins avoir jetter un oeuil : Herbert, Asimov voir King et sa Tour Sombre pour la SF (et bien sûr Eddings et Tad Williams, côté H-F).

Tient, dernier conseil SF pour la route, tu peux lire le premier (et seul, je pense, à l'heure actuelle) livre d'Olivier Paquet ~le type de FRA !~. C'est pas mal du tout. Ca s'appelle Structura Maxima et c'est sorti en 2003 chez Flammarion.

Perso, je suis plutôt auteurs français (et pas forcément SF), mais bon. Je suis aussi un bouquinophile (ou livrophage, au choix). ^_^;;

Offline Nao/Gilles

  • Admin
theWu > Les Hitchhiker's font partie de la culture de tout fan de Red Dwarf, forcément... ;) J'en ai lu deux ou trois il y a pas mal d'années... C'était Olivier qui me les avais fait découvrir. A l'époque c'était une trilogie toute simple... Puis une trilogie en 4 volumes... Puis en 5 ;) Mais bon, je t'avouerai qu'après avoir relu le premier avec enchantement en août, j'ai entamé directement sur le 2, et je me suis tellement ennuyé que je l'ai reposé dans un coin et basta... :-/ Je réessaierai un jour.

Quant à Olivier Paquet... Euh... Tu plaisantes ? Tu connais mon opinion sur ce garçon, quand même ? ^^

Toujours à propos d'Hitchiker, je me demande ce que donnera l'adaptation live au cinoch l'année prochaine. Enfin, considérant que Adams a lui-même boulotter dessus avant, malheureusement, sa mort prématurée, il y a espoir. Et puis Warwick Davies joue le rôle du robot Marvin, ça ne peut être que réussi ! ^_^;;

Quant à ton opinion sur Paquet, je la connais effectivement. Mais ça ne l'empêche pas d'avoir signé un très bon premier roman de SF (bien qu'à la morale convenue et à l'univers en très grande partie pompé de Cannon Fodder). Très agréable à lire, malgré qu'il ne t'aime effectivement pas. :-)

Offline Nao/Gilles

  • Admin
Chais pas pour l'adaptation, mais elle ne pourra pas être pire que la série TV... ;) Quoique, je trouvais Ford Prefect excellent, dedans ! (Mais les autres, euh... Bon, j'aimais bien aussi Arthur, mais la fille était totalement à l'opposé de son perso du bouquin, Marvin était à chier, et pour Zaphod c'était limite-limite...)

Aaaah ! Neil gaiman !
Voilà un auteur que j'adore, que ça soit en comics ou en romans.
Dans ta liste, tu ne mentionnes pas "Neverwhere"... L'aurais-tu raté ?

Sinon, pour ce qui est d'un conseil perso, tu peux toujours te lancer dans la lecture des oeuvres de Terry Pratchett (co-auteur de "Good Omen" avec Gaiman).  Si les permiers bouquins de Discworld sont plutôt du style "Rincewind fait l'andouille", il a su très vite évoluer et ses dernières nouvelles sont d'une profondeur et d'une émotion rares.  Surtout "Night Watch" et "Monstrous Regiment".

Offline Nao/Gilles

  • Admin
Ben écoute, j'ai lu les 100 premières pages de Discworld 1 et je me suis fait chier comme un rat mort... Pas un seul sourire à mes lèvres... -_- J'ai ensuite tenté le coup avec le 4 ("Mort/Mortimer"), et je souriais beaucoup aux apparitions de la Mort, fréquentes au début, puis de plus en plus espacées... Et là ça a commencé à m'ennuyer... Et j'ai arrêté aussi.
Je crois que j'ai assez perdu mon temps, tu crois pas....? ^^
Posted on 7 December 2004 à 11h50

Wah ! Je viens de voir que tu avais posté ton commentaire 5mn avant ma réponse... Quel hasard, quand même ! ^^;
Posted on 7 December 2004 à 11h50

Aaah ! En plus je découvre que mes copains Frag et Kgeg ont leur blog aussi ! Tohoho !

Les discworld que je trouve le plus intéressants sont ceux avec la garde et ceux avec les sorcières.
Malheureusement, les deux que tu as essayés n'en font pas partie !

Si tu veux, je te ferai une petite liste...

Et, pour ce qui est de mon blog... Je le délaisse un peu ces jours-ci... Je ne dois pas avoir trop de choses qui me font râler !!

Offline Nao/Gilles

  • Admin
La garde et les sorcières ne sont pas des concepts qui m'intéressent trop... ;)
En fait j'avais joué à Discworld 1 il y a pas mal d'années, et un bug de type "show-stopper" m'avait empêché de le terminer, parce qu'un personnage refusait de prendre un objet ou je ne sais quoi... Ca m'a énormément frustré d'avoir perdu des heures dessus !! J'ai l'impression de subir une malédiction dès que je touche à l'univers de Discworld... ^^

Enfin... Je dis ça, mais l'un de mes jeux d'aventure préférés est Discworld Noir (c'est après l'avoir terminé avec délectation que j'ai tenté le premier Discworld), pourtant ce jeu n'a pas grand-chose à voir avec le reste de l'univers... ^^

Vache, je me le referais bien un de ces jours....!!

J'ai, moi aussi été bloqué à Doscworld 1 pendant des mois voire des années !
10 contre 1 que c'est au même endroit !
Mais, au finish, j'ai trouvé sur le Nain Ternet ce qu'il fallait faire !