En français dans le prog

NB : le site Foxprog reprend une partie du texte écrit pour cet article dans les pages individuelles des artistes concernés.

La France n'est pas en reste dans la grande galaxie du rock progressif. Si nous connaissons surtout le groupe Ange, je dois avouer qu'ils ne m'ont jamais particulièrement touché. C'est sans doute pour cette raison que je suis aussi obsédé par l'idée de découvrir des pépites méconnues réalisées en France ou chez nos autres amis francophones en Belgique ou au Québec. Et il y a de quoi faire ! Vous retrouverez cet article ainsi que les extraits audio qui y sont mentionnés entre autres sur les pages Canada et France de mon site prog.

- En 1967 déjà, Serge Gainsbourg réalisait la musique du téléfilm Anna, avec Jean-Claude Brialy et Anna Karina. C'est là qu'on entend par exemple pour la première fois son fameux Sous le soleil exactement ou encore Roller Girl. J'aime particulièrement la fin douce-amère du téléfilm, avec son instrumentation typique de l'époque : c'est du proto-prog, façon All you need is love des Beatles, de la belle mélodie et tout ce qu'il faut de pompeux pour que la plupart des gens trouvent ça sans intérêt. Donc c'est indispensable, ne serait-ce que pour entendre Brialy nous prouver qu'il n'est pas fait pour la chanson. Par contre, comme acteur, rien à redire. Le morceau s'appelle Je n'avais qu'un seul mot à lui dire et on va le crier tous ensemble : on t'aime ! Et ne vous fiez pas à ses vingt premières secondes, c'est l'arbre qui cache la forêt qui suit...

- Il y a quelques mois, j'ai découvert avec stupeur et délectation que Susumu Hirasawa, artiste contemporain que j'aime beaucoup, avait fait du formidable rock progressif dans les années 70 (voir la section Japon). Cette fois-ci, c'est au tour de Jean-Jacques Goldman de me surprendre. J'avais vaguement entendu parler du groupe qui l'avait vu faire ses débuts, Taï Phong (fondé par deux frères vietnamiens), mais sans savoir que c'était un groupe de rock progressif ! Renseignement pris, non seulement c'est du prog, mais il est de grande qualité ! Pour preuve, cet extrait de leur premier album : Fields of Gold, qui fait la part belle aux synthés. Oui, c'est chanté en anglais (par Goldman !), mais cette page est consacrée aux groupes de la zone francophone, ils chantent dans la langue qu'ils veulent. Décidément, 1975 est une année bien sous-estimée du rock progressif !

- Pour preuve, nous passons de l'autre côté de l'Atlantique pour cette même année 1975, l'une des plus belles qui soient pour la musique québécoise. Coup sur coup, trois groupes nous sortent leur chef-d'oeuvre absolu. Ce sera Si on avait besoin d'une cinquième saison pour Harmonium, Les Porches pour Maneige et Procréation pour Morse Code qui, comme leur nom ne l'indique pas, chantent eux aussi en français. Un choix qui a fermé à tous ces groupes la porte du succès dans les pays anglophones, mais qu'importe. Ce qui comptait pour eux, c'était la musique avant tout.

- Harmonium... Un groupe québécois de folk progressif qui n'a sorti que trois albums, mais qui est entré dans la légende au Canada, en particulier son chanteur-compositeur, Serge Fiori. Leur oeuvre est tout simplement... magnifique. D'une beauté indescriptible. A tel point que je leur ai consacré une des premières fiches artistes sur le site, histoire de pouvoir y reproduire quelques extraits des paroles de leurs chansons.

Je n'ai pas pour habitude de m'avouer vaincu quand il s'agit de décrire le bonheur qu'une musique peut me faire ressentir, mais je m'incline avec plaisir devant la qualité du dossier Harmonium du fanzine Big Bang, qui a trouvé les mots qui font mouche. Consultez la page 2 pour la critique de l'album Cinquième saison, et la page 5 pour Harmonium en tournée. Mes propres critiques de leurs deux meilleurs albums étant assez longues, je ne les reproduirai pas ici et vous encourage à vous rendre à la page que j'ai consacrée au groupe.

- Maneige est le plus jazzy de tous ces groupes. J'ai écouté tous leurs albums, et si je les trouve de qualité, j'ai un peu de mal à les mettre en bruit de fond pour mes tâches quotidiennes. Mais l'un d'eux se démarque profondément des autres. Les Porches renferme deux morceaux principaux d'un vingtaine de minutes, suivis chacun d'un morceau plus court. Le second, au délicieux titre de Les aventures de Saxinette et Clarophone, met en valeur les deux instruments précités, saxophone et clarinette. Quant au premier, Les Porches de Notre-Dame, il nous réserve un magnifique spectacle de folk-prog dans sa première partie, pour enchaîner miraculeusement sur de la chanson française digne des meilleurs moments de Charles Aznavour. Vous savez ce qu'il vous reste à faire...[1]

- L'album Procréation de Morse Code est définitivement curieux. De la chanson mi-comique mi-engagée, des mélodies parfois un peu simplistes mais jamais vraiment désagréables... Et puis tout d'un coup, paf, ce morceau-fleuve de 25mn cumulant chanson, mellotron, orgue, guitare, flûte et synthé dans un mélange indescriptible mais toujours bien délimité. Ce n'est ni un foutoir ni une simple énumération de solos. Et évidemment, c'est introuvable en CD. C'est d'ailleurs pour ça que je vous ai mis le morceau intégral en "extrait". Bonne écoute.

- Passons à l'année 1976, où nous découvrons un groupe québécois de virtuoses du clavier, Pollen. Je ne les connais pas très bien, et ils n'ont sorti qu'un seul album, éponyme, qui ne m'a pas profondément touché (peut-être parce qu'ils ne savent pas s'ils veulent faire du Gentle Giant, du ELP ou du Harmonium), mais le charme de la voix du chanteur fut suffisant pour justifier l'inclusion d'un extrait audio dans ces pages.

- Retour en France... Après un album sympathique mais pas inoubliable (Pollen, 1975, un rapport avec les précités vous croyez ?), Pulsar, groupe d'origine lyonnaise, va marquer dans la deuxième moitié des années 70 la scène prog par deux chefs-d'oeuvre d'une maîtrise confondante, Strands of the future (1976) puis Halloween (1977). Je vous propose en extrait la première piste de chacun des deux albums. Flight est aussi court qu'intense. Quant à Halloween, Part 1, il fait partie de ces suites musicales extrêmement ambitieuses, qui distillent une ambiance très sombre pour mieux faire ressortir la luminosité d'un passage somptueux, que vous pourrez retrouver en l'occurence au bout d'une dizaine de minutes. Ce morceau nécessite au moins trois ou quatre écoutes pour l'apprécier pleinement, mais l'investissement en vaut la peine. Evidemment, le reste de ces deux albums est tout aussi formidable. Malheureusement, ils sont arrivés sur la fin de l'ère du prog, et n'ont pas pu s'imposer au niveau des ventes. Ils reviendront avec deux albums supplémentaires qui ne sont pas inintéressants mais ont malheureusement considérablement atténué l'ambition de leur musique...

- Dans le même ordre idée : mais pourquoi est-ce qu'on n'a jamais entendu parler de Troisième Rive ici-bas ?! Ils sont bien français pourtant... Et font de la musique fantastique ! Vraiment, il y a là de quoi s'offusquer. Ecoutez-moi les trois extraits de leur unique album, Banlieues, sorti en 1978. Guitare, accordéon, piano, clavecin... Ca sent bon la France qui chante et ces gars-là n'hésitaient pas à faire des morceaux indéniablement progressifs de dix minutes de pure jouissance (Légende : c'était en ce temps-là, c'était hier encore et c'est maintenant). Banlieues, ç'a été mon disque de chevet pendant des semaines et ce n'est pas près de s'arrêter ! Par la suite, le chanteur Boris Mégot a fait une carrière solo qui m'attire moins (il se porte plus sur les textes que sur les mélodies), mais dont le premier album avait le même line-up que pour Troisième Rive. Evidemment, il est introuvable, lui aussi... J'ai mis en ligne trois extraits de TR pour deux raisons. D'abord parce que Boris Mégot a déclaré sur son site que l'album, qui ne sera pas réédité en CD, peut être librement diffusé sous le manteau. J'ai un très joli caban que j'aime beaucoup porter. Et ensuite parce que nous aurions tort de nous priver de quelques minutes de bonheur supplémentaires.

- Du côté de la Belgique, le groupe le plus emblématique de la scène prog est probablement Univers Zéro. Mais bon, les goûts et les couleurs étant ce qu'ils sont, je n'ai pas accroché à leur musique à ce jour. Il faut dire qu'ils font partie du mouvement RIO (Rock In Opposition), beaucoup plus underground que le prog lui-même. En dehors d'UZ, deux groupes marquent les esprits. Alors chez Flyte, non contents d'être flamands, ils chantent en néerlandais, c'est pas bien, comment vous voulez que je vous place dans la section Francophonie dans ces conditions ? Bon, on va partir du principe qu'ils ont quand même appris le français à l'école et puis c'est tout. Leur musique, en tout cas, parle à toutes les oreilles avec une langue unique, celle de l'amour du rock bien fait. Je dois avouer une énorme faiblesse pour l'intro du premier morceau, Woman, qui m'a poussé à le placer en extrait audio. Tout l'album vaut le détour. Dommage que leur maîtrise et leur dynamisme ne les ait pas poussés à faire un second album. Dawn dancer (1979) restera donc un essai unique.

- Et mon petit préféré d'outre-Quiévrain, c'est bien entendu Machiavel. Ceux-là sont encore en activité aujourd'hui mais seuls leurs albums des années 70 sont vraiment à considérer comme prog. Incontestablement, les meilleurs sont les deux premiers, Machiavel (1976) et Jester (1977). Pour ne rien arranger, Machiavel chante en anglais, mais à ce stade ça n'est plus un problème, eh eh. Vous trouverez dans les extraits audio une piste du second album, Moments. C'est l'une des plus courtes (et des plus calmes), mais elle montre bien la qualité de leurs compositions. Ils sont aussi à l'aise dans le format court que dans les longues envolées jazz-fusion de près de dix minutes, aussi doués à la guitare que dans leurs tentatives d'utiliser des instruments plus rares dans le prog, comme la clarinette. Et un peu d'originalité, ça fait toujours du bien !
 1. L'album a été réédité en CD au Québec depuis la rédaction de cet article. Youpi.

Author Topic: En français dans le prog  (Read 15257 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.

Magmaaaaaaaa.... !
Encore une tonne de groupes que je ne connaissais pas, merci msieur Nao ^^

Offline Nao/Gilles

  • Admin
Ah oui, je viens de voir que l'exceeeeellent The International Story de Grobschnitt venait de passer à 16,99€ (au lieu des 25€ que j'ai payés... >_<) ici :
http://www.amazon.fr/Internati...ory-Grobschnitt/dp/B000FIGHPY/
Si vous aimez le krautrock, la musique planante et qui prend son temps, c'est une super affaire :)
Posted on 27 Janvier 2007 à 11:18

Là je suis en train d'écouter le deuxième album de Tai Phong pour la première fois... Il est encore meilleur que le premier !! Vite vite, je me le commande sur Amazon... Il est à seulement 5€ :)

Edit : également commandé le troisième album... La piste "Farewell gig in Amsterdam" est super jolie :)

Petit apparté, mais on entends souvent des gens se plaindre des prix des albums, et pourtant à part les nouveautés en FNAC ou sur Amazon, il suffit d'aller jter un oeil en boutique de musique ('tention, une vraie hein, avec les piles de CD posées un peu partout et l'éclairage glauque) pour se rendre compte à quel point la musique coute pas cher de nos jours  :waouh:

Retour au topic : le krautrock m'interresse ;)

Tiens, j'en ai du Tai Phong, tous les morceaux chantés par Goldman.

C'est du prog? Ben je vais m'écouter ca de maniere plus pointue, je n'ai jamais écouté de Sister Jane, jusqu'ici

Offline Nao/Gilles

  • Admin
Retour au topic : le krautrock m'interresse ;)
Ce sera la prochaine section du site prog que je remplirai, je pense... ;)
Au programme : compléter Eloy, et ajouter Novalis et Grobschnitt, les deux autres incontournables. Et évidemment, ajouter quelques "outsiders" de qualité :)
Posted on 27 Janvier 2007 à 21:08
Tiens, j'en ai du Tai Phong, tous les morceaux chantés par Goldman.
Ils le sont quasiment tous ;)
Quote
C'est du prog? Ben je vais m'écouter ca de maniere plus pointue, je n'ai jamais écouté de Sister Jane, jusqu'ici
Sister Jane est l'un des moins prog de l'ensemble, il est plus formaté pour la radio d'ailleurs...
Mais ça reste du prog tout du long. Certains morceaux plus que d'autres ;)

Beh c'est une super bonne nouvelle, je sais ce que je m'écoute demain!

Offline Nao/Gilles

  • Admin
:)
Sinon, ma découverte française du jour : Carpe Diem... Un groupe niçois de pur rock prog avec une touche de jazz et de planant. Ils n'ont fait que deux albums, mais ils sont fa-bu-leux. Je mettrai à jour ce billet avec un extrait audio et une critique dès que possible ;)

Bon y a eu écoutage de Jean-Jacques Goldman/Taï Phong, les années Warner.

Rien du tout de prog, sauf.... les deux derniers morceaux, When it's the season et End of an end, au demeurant excellents.

Si tu ne les as pas dans tes bacs, je me permets de te les conseiller.

Offline Nao/Gilles

  • Admin
Les années Warner, c'est surtout une compile des 45t solo de Goldman faits à côté de Tai Phong... Il n'y a que trois morceaux de Tai Phong (un par album) dans cette compile, en fait...

Oui je m'en doutais un peu. Toujours est il que les deux derniers morceaux sont du pur prog, il me semble, et bien sympa je trouve.

Mais tu m'as donné envie de m'interesser a Tai Phong en tant que tel. Je m'en vais partir à leur recherche, du coup.

Offline Nao/Gilles

  • Admin
Bonne fouille :)

Ma bonne pioche de la journée :
- en français : "Beau Dommage" par Beau Dommage (groupe québécois)
- en anglais : "First Utterance" par Comus, du folk expérimental bien couillu (et qui reste très écoutable).

Offline Nao/Gilles

  • Admin
Etant donné que je viens d'ajouter encore plein de trucs, j'ai retiré les interprètes français de la section "Francophones" qui sera désormais réservée aux Québécois, Belges, Suisses (il y en a un maintenant, Circus), et autres pays francophones hors de nos frontières. Et hop, une nouvelle section "France", du coup... (Perspicaces, vous êtes !)

Egalement d'autres nouvelles sections comme "Folk prog" et, euh, je sais plus quoi, sans doute d'autres trucs... Je dois faire le ménage ;)

Je précise tout ça parce que du coup, l'article sur les Francophones va être séparé en deux et réécrit... Mais je ne toucherai plus à ce billet pour autant, j'ai pas que ça à faire non plus :p