Kaamelott, livre V

La magie de la télévision a fait son oeuvre : Kaamelott est devenu, l'espace d'une soirée, un téléfilm, comme si la série n'avait jamais été cette étrange accumulation d'épisodes courts et très enlevés, et qu'elle avait toujours pris la forme de longs-métrage à la plastique irréprochable et dignes des meilleures productions françaises en matière de budget. Que dire, sinon ces deux mots : WA-OUH !

On a ainsi pu découvrir des nouveaux personnages hilarants et extrêmement bien écrits (Alain Chabat, royal !), une prophétie (voir à gauche l'image montrée, et tout en bas celle du cliffhanger), de nouvelles musiques de qualité (toujours signées d'Alexandre Astier), des décors enneigés absolument somptueux (idée voyage : le Mont Gerbier de Jonc, en Ardèche), une direction artistique impeccable (sans compter les costumes, les maquillages, tous plus réussis les uns que les autres), une photo d'une clarté irréprochable... C'est clair, le Kaamelott des débuts nous paraîtra peut-être bancal après le visionnage du livre V. On est passés dans le monde des pros.

Le plus gros changement reste évidemment le rythme. Il est très rapide dans la série TV, ici Alexandre Astier s'est permis de prendre son temps... Ou presque. Le téléfilm relevant du simple exercice de re-montage de scènes préalablement tournées pour les épisodes stand-alone, on remarquera souvent des effets de montage qui masquent difficilement la "teneur" originale des plans. Mais qu'importe. Le résultat est quasiment sans défaut, et ceux qui les petites musiques de début et de fin d'épisode horripilaient n'ont plus à se plaindre.

Reste qu'il y a quelques petites surprises, quand on s'amuse à comparer les téléfilms avec la diffusion télé quotidienne (qui a démarré le lendemain, 1er mai, avec l'épisode "Les repentants"). Ainsi, l'épisode durait 7'10 (au lieu des 7' préalablement annoncées, soit dit en passant). Equivalent dans le téléfilm : 6'20. Il y a donc 50 secondes d'ajout, sous la forme d'une très drôle scène de lit entre Guenièvre et Arthur à propos de la venue de l'hiver. Plus surprenant, le début du téléfilm est constitué d'une minute de plans muets sur la cariole d'Orcanie, plans qui ne totalisent qu'une dizaine de secondes dans l'épisode 1. Au final on a donc environ 1'40 de scènes inédites dans l'épisode, et 50 secondes de plans inédits dans le téléfilm. Je sens que je vais passer du temps à comparer les deux versions à chaque nouvel épisode diffusé, moi... ;)

En attendant, ce billet servira de "support" à vos commentaires sur les épisodes au quotidien. N'hésitez pas à partager vos déceptions et vos joies, ainsi qu'à mettre en valeur les petits détails que vous aurez remarqués dans les épisodes. Ils sont nombreux. Ne serait-ce que, par exemple, le fait que Perceval refuse catégoriquement de tenter de retirer Excalibur du rocher, alors qu'on sait tous (d'après un épisode d'un livre précédent) qu'il est le seul homme en dehors d'Arthur à faire "réagir" Excalibur quand il la prend en main.

Reste que nous n'en saurons guère plus avant le mois de septembre, maintenant, puisque c'est pour la rentrée qu'est annoncée la deuxième moitié du livre V, qui n'a pas été abordé dans cette version longue. Quels seront les sorts de Lionel et surtout d'Arthur ? Vénec pourra-t-il continuer ses petites affaires ? Merlin sera-t-il enfin considéré comme un druide ? Mévanwi sera-t-elle confondue pour ses petites manigances ? Le duc d'Aquitaine nous réjouira-t-il de nouveau de sa présence ? Vous le saurez... Dans une éternité !

Author Topic: Kaamelott, livre V  (Read 31084 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.