Kaamelott, c'est chuper.

Je lis ici et là que Kaamelott, la série à succès de M6, est une "parodie d'Arthur et des chevaliers de la Table Ronde". Justement, pas du tout... Tout comme "Donjon" de Trondheim et Sfar est non pas une "parodie d'heroic-fantasy" mais une "histoire d'heroic-fantasy avec des éléments de comédie", Kaamelott commence avec des allures de parodie, mais très vite on se rend compte que c'est bien plus que cela. Exit donc les inévitables comparaisons avec le Sacré Graal des Monty Python : l'auteur-réalisateur-acteur principal a le plus profond respect pour les figures de la Table Ronde et leur rend, à sa façon modeste mais pleine d'humour, un hommage époustouflant.

Kaamelott est une série au format court (7mn par soir, soit 3mn30 par épisode), spin-off du court métrage "Dies Irae" d'Alexandre Astier, issu du monde du théâtre lyonnais, qui a fait ce court avec sa petite famille. On y voyait Arthur présider une réunion de la table ronde, pour faire un bilan sur les recherches du Graal. Malheureusement, tous ses chevaliers sont des "bras cassés" comme il le dit lui-même, et infoutus de faire quoi que ce soit de correct. Alors pensez donc, trouvez le Graal...

Ce qui est parti d'un petit délire filmique, a germé par la suite sous la forme d'une véritable série dans la tête d'Astier. Pour faire simple : il connaît très bien les diverses versions des légendes d'Arthur (sous forme de livre avec Chrétien de Troyes, de recherches d'historiens, et bien sûr de versions cinéma avec Excalibur et Sacré Graal -- je pense qu'il a fait l'impasse sur le film Camelot cela dit :mdr:). Il part du principe que la légende d'Arthur, personnage imaginaire, était déjà une adaptation d'une histoire "vrai" à la sauce "de l'époque" par un écrivain romantique du XIIème siècle, qui a donc transposé le personnage à son époque (alors qu'à l'origine il était du VIème siècle je crois). Donc, Arthur, finalement, n'existant qu'en tant que personnage "mis au goût du jour", est enrichi par les versions successives des récits le concernant. Tout comme Excalibur lui a donné un côté mystique et lui a donné plus de profondeur, Astier a pris le parti de réécrire Arthur à sa manière, sous la forme d'une série à la fois comique ET dramatique, où les personnages ne sont plus que des humains incompétents mais conscients de jouer un grand rôle dans l'Histoire (la quête du Graal notamment), et donc inquiets de savoir l'image qu'ils laisseront à la postérité.

Le contexte de Kaamelott renvoie les personnages au VIème siècle, avec toutefois des armures et costumes plus proches du XVème siècle, et des dialogues pas piqués des vers (LE gros point fort de la série, en plus de la cohérence globale de son scénario), qui rendent hommage à Michel Audiard. Astier écrit quasiment tous les épisodes, il a une vue d'ensemble sur le scénario de la série (qui comportera au total 700 épisodes, pas un de plus ni de moins, 2 téléfilms, et 3 films de cinéma qui concluera la légende dans quelques années).
Sachant que 400 épisodes ont déjà été réalisés, et que la série rencontre toujours un énorme succès, on peut raisonnablement penser qu'il va pouvoir mener son entreprise à bien.

La bonne chose dans Kaamelott, c'est que si les épisodes sont d'abord censés être drôles (la série ayant succédé à "Caméra Café"), Astier n'a JAMAIS oublié de poser progressivement les pierres de la légende. Il se permet des modifications dans le scénario, mais qui suivent toujours la logique de sa propre réécriture. Par exemple, il ne semble pas y avoir de lien entre la Dame du Lac et Lancelot. Dame du Lac qui, dans la version d'Astier, n'est visible que par Arthur (générant de nombreux quiproquo dans leurs conversations quand quelqu'un d'autre est présent sur place). Les chevaliers Yvain et Gauvain sont deux jeunes gens copains comme cochon, qui veulent faire de mieux pour gagner leurs premiers galons de respectabilité, mais sont encore trop jeunes dans la tête pour penser à faire autre chose que des bêtises. Guenièvre n'est pas d'une grande beauté, elle n'a jamais réussi à mettre Arthur dans son lit, elle l'a épousé suite à un mariage arrangé : son père, Léodagan, est le roi de Carmélide, le principal allié d'Arthur. Léodagan, parlons-en : joué par le propre père d'Astier, c'est une sorte de tyran assoiffé de sang par nature, il est frustré quotidiennement par un Arthur qu'il ne peut que "conseiller", mais qui ne fait jamais ce qu'il aimerait bien qu'on fasse : des potences et quelques bûchers de temps en temps, "c'est plus festif". Le personnage est d'une roublarderie et d'une bougonnerie hilarantes -- c'est clairement un de mes préférés de la série. Un peu dans la lignée de De Funès.

Que dire d'autre ? Perceval est censé être celui qui trouvera le Graal (d'autres versions ultérieures l'ont attribué à Galaad, fils de Lancelot, pour des raisons religieuses il me semble), parce qu'il est le seul à avoir le "coeur pur". Il n'en fallait pas plus à Astier pour faire de Perceval un idiot congénital dont la gentillesse n'a d'égale que la connerie patentée. Si vous entendez quelqu'un vous dire "C'est pas faux !" dans la rue, c'est sans doute un fan de Kaamelott. "C'est pas faux", c'est ce que dit Perceval quand il n'a rien compris à ce qu'on vient de lui expliquer.

Je vais faire un petit résumé (pas forcément idéal, mais vous pourrez trouver d'autres infos sur Wikipedia par exemple) pour ceux qui prennent la série en cours de route.

A partir de la saison 3, le scénario mis progressivement en place dans les deux premières saisons (ou "livres") se dévoile : Lancelot se met en colère contre Arthur (étant le conseiller du roi et le seul être à peu près cohérent de la cour, il considère que son seigneur devrait virer tous les chevaliers incompétents afin d'accélérer la recherche du Graal), il déserte le château et va s'installer en ermite dans la forêt. Puis, au cours de la saison, Arthur tombe amoureux de la femme du chevalier Karadoc (gros mangeur de son état et meilleur ami de Perceval). Il finit par l'embrasser, mais une règle établie par le roi lui-même implique qu'il doit tuer Karadoc en duel pour pouvoir aimer sa belle. Problème : Arthur a de l'affection pour tous ses Chevaliers, et il n'est pas trop tenté d'en venir aux mains. Il garde donc le secret pour le moment... Pendant ce temps, Guenièvre ayant appris qu'Arthur s'était amouraché d'une femme de chevalier, le met devant le fait établi. "Et qu'est-ce que vous allez faire de moi ? - De vous ? C'est-à-dire... Comment ça ? Ben je sais pas moi, tiens je... Bah rien. Enfin, si, comme d'habitude quoi. Oui voilà : rien."
Réaction qui incite Guenièvre à partir rejoindre Lancelot dans la forêt. Ensemble, ils commencent à monter un camp au début de la saison 4 qui vient de commencer... Dans l'épisode d'hier, ils ont débauché un des rares chevaliers "compétents" de la table ronde, le seigneur Galessin. La situation commence à se compliquer...
Et la bonne nouvelle, c'est qu'alors que le début de cette saison est très riche en événements intéressants, ça reste toujours aussi drôle dans les dialogues.

Sinon, les deux premiers "Livres" (soit 200 épisodes) sont disponibles en DVD. Chaudement recommandés, avec plein de bonus et tout... Le livre III sortira dans une paire de mois.

Quelques citations typiques de la série, pompées sur Wikipedia :

"Du temps de Pendragon, on avait le sens du dramatique: le Lac, Stonehenge, Avalon…Maintenant, dès qu’ils croisent un Dragon, ils font un meeting." (Ygerne)

"Des bons à rien, j’en ai vus, mais le coup de la Table Ronde, alors là… C’est le rendez-vous des mains dans les poches." (Séli, épouse de Léodagan)

"Invoquer une meute de loups ? Moi je veux bien, mais je vous préviens : s’ils se retournent contre nous pour nous bouffer les miches, vous viendrez pas pleurer !" (Merlin, enchanteur qui rate la plupart de ses tours...)

"La politique, j’en connais qu’une : un soldat pour trente péquenots et le premier bouseux qui se plaint des taxes, on lui coupe un pied !" (Léodagan, bien sûr !)

"À Vannes aussi, on a nos traditions. Bon, des graals pas vraiment, mais je connais un vieux qui se balade toujours avec un saladier." (Karadoc)

"Mon oncle, mon cœur est empli de la noblesse de cette quête ! J’ai le courage de l’oiseau ! Je frétille comme une p'tite truite !" (Gauvain, neveu d'Arthur, copain d'Yvain)

"Vous avez qu’à dire au pape que s’il trouve que ça traîne, il n’a qu’à venir le chercher lui-même, son gobelet à la con !" (Galessin, à un envoyé du Vatican qui vient aux nouvelles du Graal)

"J’irai me coucher quand vous m’aurez juré qu’il n’y a pas dans cette forêt d’animal plus dangereux que le lapin adulte !" (Bohort, le chevalier peureux mais sans reproches, qui fait sans doute une référence involontaire à Sacré Graal ;))

Author Topic: Kaamelott, c'est chuper.  (Read 28893 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.

HS 3615 mylife


J'ai édité mes trois fautes de français (je déteste en faire).
A ma décharge, j'ai la giga-crève et 38° de fièvre.  :^^;:

/HS 3615 mylife

Volcano

  • Guest
  •  
Kaamelott c'est cghuper, ah que oui messieurs :classe: Petite anecdote : sur le forum de Pen of Chaos, l'auteur bien connu du Donjon de Naheulbeuk, certains se sont demandés si le scénariste de Kaamelott ne se serait pas de temps en temps inspiré de l'oeuvre de Master PoC :P C'est vrai que moi aussi je me suis posé une ou deux fois la question... :gnéhé: Mais ladite question reste pour le moment sans réponse...

D'apres vous,  c'est qui le plus fort des chevaliers ?  (:troll:)

:fouet:

Offline Nao/Gilles

  • Admin
C'est Calogrenant, parce qu'il paraît qu'il est Gémeaux, et que Saga, c'est le plus fort des Chevaliers d'Or.

et que Saga, c'est le plus fort des Chevaliers d'Or.
Le bon vieux débat poour savoir qui est le plus fort des chevaliers d'or !  :mdr: :mdr: :mdr:

ortk

  • Guest
  •  
Ouais, Kaamelott, c'est génial.
Ayant quelque souci pour le voir (en gros, je le loupe tous les jours ^___^), c'est seulement en dvd que je les découvre la plupart du temps.
J'adore l'humour de la série mais aussi le respect envers la légende.

Et le plus fort, c'est Kadoc, le frère de Karadoc  :mdr: