Deux mythes s'effondrent : féministes s'abstenir...

(Edit : lien direct vers le premier message mentionnant les repompes de Yôko Kanno)

Merci à Skippy qui a dirigé Arion à me diriger vers une page Wikipedia Japon qui m'a dirigé vers une page du journal de production de Strange Dawn qui m'a dirigé vers une information amusante : Michiko Yokote, la fameuse scénariste de Hades Jûnikyû et du Tenkai, n'est qu'un prête-nom pour un trio de scénaristes. Sic ! Voilà donc qui explique l'incroyable propension de Yokote à travailler sur 300 séries à la fois... Je vais laisser la parole au groupe et traduire cet extrait du journal :

« 18 décembre 2000 (sic). "Michiko Yokote" est un groupe de trois personnes qui s'occupe du management, du scénario et des dialogues.
Je ne me souviens pas l'avoir jamais caché, même si en même temps je ne l'ai jamais crié sur les toits non plus. Ce qui surprend le plus les gens, c'est d'apprendre que trois personnes travaillent en même temps sur un scénario. Je vais vous expliquer comment ça marche. "A" s'occupe de trouver les travaux à faire. Comme notre groupe n'avait pas de nom au départ, nous avons commencé naturellement à utiliser le vrai nom d'A, Michiko Yokote, pour nous représenter. Honnêtement, si nous avions su dès le départ que nous travaillerions toujours ensemble au bout de tant d'années, nous aurions définitivement choisi un vrai nom de plume !

"A" communique principalement par mail et par téléphone. Quand elle se rend à un premier rendez-vous, elle y va seule, et les clients croient souvent au premier abord qu'elle est la scénariste. "B" et "C", les deux autres membres du groupe, ne se déplaçent que pour les réunions importantes. "A" étant à la fois superviseur et productrice de notre travail, s'enquiert avant tout de connaître le contenu de l'oeuvre sur laquelle nous allons travailler, ainsi que les délais de production. Elle transmet ensuite ces informations à "B" et "C". "B" se met au travail sur un synopsis, et il est rare que "C" intervienne à ce stade. Tout ce qui concerne la base de départ du travail est sous la responsabilité unique de "B", qui transmet ensuite son synopsis à "A" et en discute avec elle (puis "A" en discute peut-être avec le client, je n'en suis pas certain). Une fois que le synopsis est bien "digéré", "C" entre dans la danse. Sa spécialité : l'écriture des dialogues. »

J'ai traduit à peu près la moitié du texte explicatif... Le reste se trouve ici. Je traduirai la fin sur ce topic dès que j'aurai un peu de temps libre... (Et si je n'oublie pas ! ;))

Author Topic: Deux mythes s'effondrent : féministes s'abstenir...  (Read 125557 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.

Offline Nao/Gilles

  • Admin
Monsieur bassiste, (qui ne repassera sans doute jamais par ici, mais bon...)

1/ Si tu t'adresses à Kamen, je te conseille d'aller sur Potesnroll, parce que c'est là-bas qu'il est depuis facilement 5 ans... (Ce qui correspond peu ou prou à l'âge de ce topic.)

2/ C'est bien de parler de "certains" morceaux, mais si tu veux dire que 10% des morceaux proposés ne sont pas de la repompe, alors je crois que tu es passé carrément à côté du sujet...

De façon plus générale...

Je maintiens depuis pas mal d'années un fichier "repompes" en vue de monter un site sur le sujet (Deideo, qui ne verra sans doute jamais le jour étant donné comment mon entourage peut être frileux dès que j'aborde le sujet). Ca m'intéresse carrément d'essayer de faire une cartographie de la repompe musicale dans les milieux artistiques que je connais plutôt bien (en gros, le cinéma, l'animation et principalement l'animation japonaise...), et de facto je me considère un peu comme un modeste spécialiste du sujet.

Ce point étant établi, je n'ai qu'une chose à dire : Yôko Kanno a un talent immense, gigantesque, elle restera l'une des plus grandes compositrices de sa génération. Maintenant, quant à savoir sa relation avec le concept de repompe, je crois qu'il est clairement établi que pour elle, je ne sais pas si c'est dû à son background jazz qui est très versé dans les "standards", mais pour elle le fait de créer ne se fait pas sans inspiration, et l'inspiration ne se trouve pas dans l'air, ou alors surtout dans les ondes portées par l'air... Dans une bonne partie de ses morceaux, on peut retrouver soit des repompes sans vergogne (cf. les reprises de chansons françaises), soit des inspirations très nettes (cf. Pink Floyd dont elle a surpris repris le titre du morceau et le style musical), soit de vagues emprunts pas bien méchants.
Maintenant, sur sa dernière BO, "Kids on the slope", le générique de fin (qu'elle a composé) fait quand même FRANCHEMENT penser à la chanson "Dream a little dream of me", qui est elle-même... Un standard de jazz, donc maintes fois repris.

Une dernière anecdote récente : la BO absolument fantastique du jeu vidéo "Aquaria" est parfois très, très, trèèèèèès ouvertement inspiré de Yôko Kanno, jusque dans les chants. Ce sont des compositions originales, mais j'ai toujours été amusé par ce petit côté "arroseur arrosé", pour ma part.

Eh oui, c'est comme ça que l'art se crée : par le principe de Lavoisier... Conscient ou pas, c'est omniprésent dans l'art, qu'il soit musical ou pas. Si les influences n'existaient pas, nos artistes d'aujourd'hui peindraient des chevaux sur les murs d'une caverne...